La photographie abstraite est-elle réellement abstraite? - Flora | Miles

02.09.2013 / Ciprian-Florin Stancu / 1516 hits

«En règle générale, l’art abstrait doit se défaire de toute référence à des objets du monde, donc, ne pas avoir d’identification dans le monde réel ou imaginaire.

La création abstraite est possible dans la peinture (cubisme), littérature (zaoum)... Si toute photographie fixée par le cadre de l’appareil photographique est une image de ce qui est dans le monde, alors, ce qui est appelé "photographie abstraite" est un abstrait usurpé qui se démasque à une distance qui permet l’intelligibilité dans le contexte originel qui a donné l’image.

L'avant-garde dans l'art est un mouvement qui se constitue suite à des questions fondamentales concernant la fonction de l'art et ses modalités d'expression. C'est ainsi que le renouvellement formel initié dans la démarche analytique des artistes et des penseurs conduit à la naissance de l'art abstrait au début du XXe siècle. Cette révolution artistique a pour but un renouvellement dans la compréhension du monde et passe par une vision rigoureuse et radicalement nouvelle ; ce mouvement se propose de rompre tout compromis fondé sur les modalités habituelles de voir, d'entendre et de savoir en général. Dans l’actualité des mouvements artistiques, la "nouvelle" avant-garde est souvent confondue avec la gesticulation médiatique du moment qui tente de remettre au gout du jour les créations avant-gardistes d’hier miroitant dans des emballages spectaculaires à la mode. Marcel Duchamp mettait déjà en garde : "Ce Néo-Dada, qui se nomme maintenant Nouveau Réalisme, Pop Art, Assemblage, etc., est une distraction à bon marché qui vit de ce que Dada a fait. Lorsque j’ai découvert les ready-made, j’espérais décourager le carnaval d’esthétisme. Mais les néo-dadaïstes utilisent les ready-made pour leur découvrir une valeur esthétique. Je leur ai jeté le porte-bouteilles et l’urinoir à la tête comme une provocation et voilà qu’ils en admirent la beauté esthétique." (Marcel Duchamp, Lettre du 10 novembre 1962, in Hans Richter, Dada – art et anti-art, Bruxelles, Éditions de la Connaissance, 1965, p. 196.)»

Ciprian-Florin Stancu, (Essais sur l’art - extrait) © 2013